Un poème


Au pays des Carnes d’acier,
Tu étais cette toile presque cachée
Presque trop intime pour être exposée…

Mais tu as de suite harponné mon œil,
Ce cœur en pièces, qui saigne encore,
Ces interrogations de mots incrustés,

Rongé de particules de vie,
Sombres,
A ta pointe subsiste la lumière de ton soleil

Et même si ton cœur est ecchymosé
Et que certaines plaies n’ont pas cicatrisé,
Il bat encore

Des paillettes parsemées comme de l’or,
Des tourbillons en suspens,
Comme encore autant de mondes à explorer

My sweet heart
En lettres qui pleurent,
Je crois que c’est aussi le nom que je t’aurais donné…

Poème écrit d'après ma toile Sweet Heart posé ds un coin du stand ... qui n'attendait qu'elle .
Merci Nathalie .

4 commentaires:

dianne a dit…

Gorgeous painting and poem dear Muriel.
xoxoxo ♡

Magali a dit…

Elle est très jolie ta toile et le poèmes aussi :D.

max a dit…

Comme c'est bien dit, c'est si vrai mais le tableau est encore plus émouvant.
Il est vrai que j'ai toujours trouvé le subjectif plus révélateur que les écrits, on y met ce que l'on veut et surtout ce que l'on ressent, il arrive parfois qu'au fil du temps un tableau nous procure différentes sensations et émotions.
Max

Flo a dit…

L'ensemble est parfait , encore un j'aime !!!